Un site utilisant Appels pour des Fronts de Gauche
icône RSS icône Accueil
  • Appel

    Engagé-e-s dans le Front de Gauche, travailleurs scientifiques de toutes les catégories professionnelles, acteurs de tous les champs disciplinaires, nous voulons construire un large rassemblement autour de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cela suppose votre contribution et votre engagement.

    Comme vous, nous sommes scandalisé-e-s par le déferlement des contre-réformes qui se sont abattues au pas de charge sur l’enseignement supérieur et la recherche durant le mandat de Nicolas Sarkozy.

    Le service public national de l’enseignement supérieur et de la recherche doit faire face à de nouveaux défis sociaux et environnementaux; les relever suppose de permettre à l’ensemble des citoyennes et citoyens, par la formation initiale ou permanente, d’accéder au plus haut niveau de la connaissance.

    Cela suppose aussi la coopération la plus large entre potentiels nationaux, européens et mondiaux. C’est ainsi que le printemps arabe met au premier plan des urgences la coopération universitaire, scientifique et technologique avec les pays du Sud, en lieu et place de ventes d’armes ou de modèles de formation clefs en main.

    Devant la crise écologique, résultat d’un système boulimique de profits et prédateur des ressources naturelles, il faut choisir des trajectoires nouvelles en matière énergétique et environnementale comme des choix nouveaux relatifs à un mode de production devenu insoutenable. Après Durban, chaque pays est mis en demeure d’agir contre le désastre du réchauffement climatique. L’enseignement supérieur et la recherche doivent y apporter leur contribution.

    Nous voulons contribuer à créer les conditions de l’épanouissement des capacités créatrices de chacun en construisant d’autres référentiels que ceux des modèles productivistes prévalant jusqu’à aujourd’hui. Cela suppose un fort développement démocratique de productions et d’ingénieries industrielles, technologiques, écologiques et organisationnelles en interaction avec la recherche, où prévale la logique de service public.

    Le droit de tous à pouvoir intervenir sur les choix de stratégies scientifiques, en s’appuyant sur la connaissance documentée et partagée des enjeux techniques, industriels et socio-environnementaux doit être garanti par des instances appropriées.

    La politique de N Sarkozy tourne le dos à cette vision d’avenir.

    Jamais le potentiel universitaire n’a été ainsi saccagé sous le prétexte mystificateur d’une “excellence” qui n’avoue pas ses véritables critères.

    Jamais les organismes de recherche publique, n’ont subi de tels assauts. En tant que grand organisme public de recherche généraliste, le CNRS, est le symbole de cet attentat au potentiel de recherche publique.

    Avec cette politique, l’asservissement à l’économie libérale, aux grands groupes et à leurs actionnaires est devenue la règle ; jamais l’indépendance intellectuelle des métiers de la recherche n’avait été autant compromise. La connaissance n’est pas une marchandise.

    Pas davantage que vous, nous n’acceptons que nos métiers soient livrés aux affairistes ; pas davantage que vous, nous n’acceptons le credo de la précarisation, la xénophobie, la démocratie mise au pas, les régressions des droits des femmes déjà trop fragiles et timides, l’évaluation par les pairs saccagée et mise à la sauce des agences de notation, une collégialité raturée.

    Nous le proclamons avec vous : la logique managériale ne peut être le mode d’existence de l’enseignement supérieur et de la recherche ; avec elle, nos métiers perdent tout sens, nous ne l’acceptons pas.

    Mais ce déferlement n’est pas isolé ; il puise ses fondements dans les dogmes et prophéties auto réalisatrices des Traité de Lisbonne, dans la stratégie de Bologne, et autres dogmes de l’OMC… De tout cela, nous pouvons, nous devons sortir.

    Aujourd’hui, vous en faites le constat comme nous : les choix politiques mis en œuvre ont apporté partout colère et révolte mais aussi démoralisation, temps perdu, gâchis de compétences et aliénation.

    Pour le Front de Gauche, une rupture avec cette politique de mise en concurrence de tous contre tous est vitale. C’est la condition de la mise en œuvre d’une autre politique

    Nous faisons nôtres ces mots du Manifeste des intellectuels de Guadeloupe :

    « Lier, allier, relayer, rallier »

    Une autre politique marquée par des choix de gauche est possible ; elle ne l’est qu’avec vous. Le Front de Gauche avance des propositions, contenues dans le programme « L’humain d’abord ». Ces propositions sont soumises à débat, critique, enrichissement et approfondissement.

    Ensemble, faisons sauter les étouffoirs d’avenir que sont les IDEX, la LRU, et autres AERES. Le Pacte pour la Recherche doit être abandonné, l’ANR profondément transformée.

    Ensemble, donnons du punch à la gauche; elle en a besoin.

    Résistons, débattons, construisons ! Avec toutes celles et ceux déjà dans l’action, rendons impossible tout nouveau pas en avant de cette politique.

    Ensemble, construisons des choix neufs, de gauche, rendons-les incontournables. Rejoignez-nous.

    Signez l’appel ici!

    Premiers signataires :

    Acqua J.N. (EC Paris), Anné C. (CNRS Nantes), Bacalexi D. (CNRS Paris), Bachet D. (EC Evry), Berviller H. (PRAG Strasbourg) , Bonnarel F. (CNRS Strasbourg), Bonne-Andrea C. (CNRS Montpellier), Bonnéry S. (EC Paris), Bossis G. (CNRS Montpellier), Boutan P. (EC Montpellier), Brèthes D. (CNRS  Bordeaux), Buzaré J. Y. (EC Le Mans), Cahen  M. (CNRS Bordeaux), Chantelot P. (PRAG UMLV, Responsable commission ESR du PG), Chatenay D. (CNRS Paris), Chaudret B. (CNRS Toulouse, Ac. Sciences), Chouteau G. (EC Grenoble), Clément C. (EC Strasbourg), Conjeaud H. (CNRS Paris), Courel M.F. (CNRS Paris), Coux O. (CNRS Montpellier), Crepel P. (CNRS Lyon), El Guerdjouma R. (EC Le Mans), Fabbrizio E. (CNRS Montpellier), Faudot D. (EC Dijon), Fourme R. (EC Orsay), Geay B. (EHESS Paris), Gebuhrer O. (CN PCF Responsable national PCF pour ESR), Génereux J.(EC IEP Paris), Grousson R. (CNRS Paris), Guelfucci J.P. (EC Toulouse), Guespin J. (EC Rouen), Hérin M. (EC Le Mans), Jusserand B. (CNRS Paris, SN République et Socialisme), Kahane C. (EC Grenoble), Kahane J.P. (EC Orsay, Ac. Sciences), Kieffer A. (Sociologue et syndicaliste, Paris), Lagron J.C. (IR Orsay), Lambert X. (EC Toulouse), Laschon G. (EC Orsay), Lauton G. (EC Paris), Lauton M. (EC Orsay), Lavallée Y. (PR Paris), Le Coutellec L. (Doctorant Lyon), Le Ny A. (EC Orsay), Lederer  P. (CNRS Orsay), Lutfalla G. (CNRS Montpellier), Maillard J.M. (CNRS Paris), Mazauric C. (EC Paris), Mazauric S. (EC Paris), Mesliand A. (EC Aix Marseille), Mills C. (EC Paris), Miqueu C. (EC Bordeaux), Monsonégo G. (EC Strasbourg), Monsonégo S. (CNRS Strasbourg) Neel H. (CNRS Montpellier), Neveu M. (EC Dijon), Pacteau C. (CNRS, Fédération pour une alternative sociale et écologique), Pagano A. (EC Angers), Perdereau P. (BN du PG en charge de l’ESR), Périnet F. (EC Orsay), Puppo A. (EC Nice), Qaglia I. (Bibliothécaire Nîmes), Quétier J. (Elève ENS), Revauger C. (EC Bordeaux), Révauger J.P. (EC Bordeaux), Rosemberg C. (CNRS Toulouse), Rossi -Neves P. (EC Toulouse), Rousseau M. (EC CCSTI Le Mans), Rousseau P. (EC Lille), Rozet J. P. (EC Paris), Saly P. (EC Paris), Seureau C. (EC Paris), Steinmetz D. (Syndicaliste Toulouse), Tosel A. (EC Nice)